Twitter fait face à des difficultés avec la nouvelle loi turque sur les médias sociaux

in News Fr

En Turquie, l’interdiction de faire de la publicité pour les plates-formes de médias sociaux qui comptent plus d’un million d’utilisateurs quotidiens et qui n’ont pas réussi à établir un bureau de représentation local dans le pays est entrée en vigueur mardi. 

Depuis le 19 janvier, personne n’est autorisé à faire de la publicité sur Twitter, sur son application de diffusion en direct Periscope et sur son application de partage d’images Pinterest, ce qui entraîne une perte de revenus substantielle pour ces plates-formes. 

Leur bande passante sera également réduite de moitié en avril et de 90 % en mai, ce qui conduira finalement à en bloquer totalement l’accès. 

Lundi, Facebook a annoncé qu’il nommerait un représentant local en Turquie, conformément à la loi, mais qu’il retirerait ce représentant si ce dernier était confronté à des pressions politiques. Cette loi draconienne sur les médias sociaux est perçue comme un puissant instrument de censure de l’État. 

De son côté, YouTube a décidé, le mois dernier, de respecter la nouvelle loi qui donne aux autorités turques la possibilité de supprimer du contenu jugé «sensible» des plates-formes de médias sociaux plutôt que d’en bloquer l’accès. 

Ces derniers mois, YouTube, Twitter et Facebook ont été condamnés à des amendes pour ne pas avoir respecté la nouvelle loi. 

«Les annonceurs utilisaient peu la publicité sur Twitter. Mais pour les ONG et les partis politiques, c’était un outil efficace de communication», explique à Arab News Sarphan Uzunoglu, un expert en communication numérique de l’université Bilgi d’Istanbul. 

Pour M. Uzunoglu, ce sont surtout les acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux qui seront affectés par cette nouvelle situation lors de la campagne, plutôt que les acteurs classiques du marché. 

Le gouvernement turc considère les plates-formes de médias sociaux étrangères qui contournent le contrôle local comme un exemple de «fascisme numérique». 

Avec cette nouvelle loi, les utilisateurs risquent d’être arrêtés de façon arbitraire et d’être poursuivis pour leur publication en ligne, car leurs données privées peuvent être transmises aux autorités turques sur demande. 

Les défenseurs des droits ont demandé à toutes les entreprises internationales de médias sociaux qui ont établi un bureau de représentation local en Turquie d’expliquer à leurs utilisateurs comment leur droit à la liberté d’expression sera garanti. 

«La part de Twitter sur le marché publicitaire est limitée par rapport à d’autres plates-formes en conformité avec la nouvelle loi», poursuit M. Uzunoglu. 

«Cependant, Twitter est la plate-forme la plus politique d’entre elles, et elle est très utilisée par les journalistes régulièrement opprimés par le gouvernement. Twitter est un lieu de lutte. Leur décision de résister pour le moment est très importante», ajoute-t-il. 

En Turquie, où les médias grand public sont presque entièrement détenus par des conglomérats progouvernementaux, les plates-formes de médias sociaux sont devenues une source d’informations pour les citoyens, qui partagent également leurs points de vue sur les questions politiques. 

Selon la dernière enquête Dimensions of Polarization in Turkey 2020 Survey, menée par le German Marshall Fund des États-Unis et l’université Bilgi d’Istanbul, les portails d’actualités en ligne (57 %), ainsi que Facebook et Twitter (36 %), sont devenus les principales sources d’informations pour les Turcs.  

«Cette loi et son application avec ses amendes et ses interdictions sont problématiques», explique Kemal Kumkumoglu, un avocat spécialisé dans les technologies numériques, à Arab News. 

«Tout d’abord, cette loi n’a pas un objectif démocratique ni ne prévoit des mesures proportionnées. Par exemple, la disposition qui permet de supprimer le contenu des utilisateurs peut être considérée comme un outil orwellien, car elle donne au gouvernement la possibilité de créer un environnement numérique exempt de discussions ou de critiques sur les institutions ou les acteurs gouvernementaux», poursuit-il. 

Pour M. Kumkumoglu, même s’il est légitime pour le gouvernement d’imposer aux plates-formes de médias sociaux la nomination de représentants locaux pour pouvoir appliquer la loi et la fiscalité, la voie suivie met en danger les droits fondamentaux des citoyens. 

«Cette interdiction commerciale et la réduction potentielle de la bande passante affecteront la liberté d’expression et la liberté de commerce d’une grande partie de la population qui bénéficie de ces droits essentiellement via ces plates-formes», explique-t-il. 

Dans son rapport de transparence publié en janvier, Twitter classe la Turquie en tête des pays pour, entre autres, les ordonnances judiciaires de comptes et tweets à fermer ou à suspendre. 

Pour Kemal Kumkumoglu, «la loi et sa mise en œuvre progressive sur les plates-formes de médias sociaux est une arme à double tranchant».  

«Il est vrai que les citoyens ne doivent pas être laissés seuls face aux problèmes numériques qu’ils rencontrent. Cependant, pousser les citoyens vers des plates-formes de médias sociaux soumises à une pression constante d’amendes énormes n’est pas la solution. L’état de droit exige de traiter ces problèmes avec une approche systématique et démocratique, ce qui n’est malheureusement pas le cas en Turquie.» arabnews

Concernant les tweets suspendus par Twitter, la Turquie est toujours en tête de liste avec 12 135 tweets sur 28 542 tweets suspendus en 2020. Cela signifie que près de 42 % des tweets suspendus dans le monde par Twitter provenaient de la Turquie l’année dernière. 

Ultime da News Fr

Vai a Inizio pagina